AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les Frères AMRI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Taoufik
Nouveau Membre


Nombre de messages : 1
Age : 35
Ville,Pays : PARIS
Ville au Maroc : Berkane
Etudes/Emploi : Normalien
Date d'inscription : 16/01/2008

MessageSujet: Les Frères AMRI   Mer 16 Jan - 21:58

A la suite de requètes d'une certaine Salma (gros bisous au passage), je poste quelques articles qui interesseront surement les marocains, et plus particulièrement les Benisnassens :

________________________________________________

http://www.lefigaro.fr/france/20070704.FIG000000020_imad_laureat_du_concours_general_et_fils_d_ouvrier.html
Imad, lauréat du concours général et fils d'ouvrier




ANNE-NOÉMIE DORION
14/10/2007 | Mise à jour : 18:32 |



.








LE SALON est impeccable, la disposition des meubles tirée au cordeau.
Pas un grain de poussière sur les moelleux tapis orientaux, pas un
objet laissé à l'abandon sur les tables sculptées, toutes protégées.
L'appartement de la famille Amri, niché dans une cité de Donzère
(Drôme), est à l'image de leur mode de vie : sans place aucune pour l'à
peu près et le laisser-aller. Une vie d'efforts couronnée aujourd'hui
par l'exploit de leur benjamin. À 18 ans, Imad devient lauréat du
concours général. Il reçoit cet après-midi un prix en physique de
laboratoire. Cinq ans tout juste après son frère aîné, Taoufik, 24 ans,
qui avait obtenu en 2002 le premier prix dans la même discipline.
Depuis qu'ils ont débarqué du Maroc, il y a 27 ans, Malika et Mohammed
ont inculqué le goût du labeur et de la réussite à leurs trois garçons.
Par la force de l'exemple d'abord : ouvrier arboricole, Mohammed,
57 ans, n'a pas ménagé sa peine dans les vergers de la vallée du Rhône
pour montrer la voie à ses fils. « Il a énormément donné pour qu'on puisse réussir », confie Imad. Par la transmission de solides valeurs familiales ensuite. « Maman nous a toujours répété : travaille, comme ça tu auras un bon métier, une vie tranquille », sourit Imad.
Elle qui n'a jamais été à l'école a rêvé d'un avenir meilleur pour ses enfants. « Je voulais que mes fils profitent pleinement de ce que n'ai pas pu avoir », raconte cette mère au foyer de 46 ans. Jour
après jour, elle a emmené et ramené ses petits de l'école, surveillé
les devoirs, assisté aux réunions scolaires, gardienne bienveillante
d'un quotidien rigoureux et protecteur. « Toujours derrière eux ! », résume-t-elle d'un rire cristallin.
Redoublant son CE1
L'éducation a porté ses fruits. Sages lunettes et sourire timide, Imad
a tout du premier de la classe. Sans être pour autant un bûcheur
acharné. « Je suis très attentif en cours, je retiens 90 % sur place »,
explique le jeune homme. Pour se préparer au concours général, il
assure avoir juste feuilleté les annales des épreuves, histoire de « comprendre l'état d'esprit. » Autant de leçons enseignées par Taoufik : « J'essaie de lui donner les tuyaux pour réussir. »
Depuis toujours, Imad emprunte le chemin tracé par son frère. Comme son
aîné, il a traversé les premières années de primaire avec difficulté,
redoublant même son CE1. Trop lent, aux yeux des enseignants. Comme son
aîné, il a délaissé la voie royale du bac S pour choisir un bac
technologique. « Mes profs me poussaient. Mais je préfère aborder les concepts par l'expérience plutôt que par une démarche théorique, à la façon des grands physiciens »,assure Imad. Comme son aîné, Imad récolte les 18 comme d'autres les médailles.
Tout rapproche les deux jeunes gens. Jusqu'à leur passion pour la science, qu'Imad a puisée dans les cahiers de Taoufik. « Quand j'étais plus jeune, il m'expliquait ses cours, me montrait ses exercices. » À quelques différences près. « Il est plus décontracté », tempère le plus jeune. « Il est plus posé, moins impulsif »,
rétorque l'aîné. Les frères Amri ont tous deux décroché un bac sciences
et techniques de laboratoire avec mention très bien. En classe
préparatoire à Paris à la rentrée, Imad espère continuer à imiter son
aîné, qui après Normale Sup Cachan, intègre un DEA de physique
quantique rue d'Ulm. En attendant, Imad a déjà récolté un couscous
maison et un billet pour les vacances au Maroc. Avec en prime, un
avertissement de Taoufik : « Il n'a pas intérêt à dormir sur ses lauriers ! »












________________________________________________________

Le Matin

Houda Belabd

Arriver sur les devants de la scène scientifique hexagonale, Taoufik Amri, un jeune Franco-Marocain y croit dur comme fer.
Agé
à peine de 23 ans, ce natif de la Drôme (France) a su rayonner au-delà
des frontières marocaines, et a pu côtoyer de grands hommes de science
contemporains.

Ce titulaire du premier prix de physique de
laboratoire en 2002 est un exemple pour les Marocains résidant à
l'étranger, issus de la nouvelle génération. «Quand je me suis rendu
avec ma famille à la Sorbonne pour recevoir mon prix remis par le
ministre de l'Education de l'époque, ce fut une chance énorme pour moi.

Cela
confortait en moi l'idée que je peux, en tant que Marocain immigré,
participer au développement scientifique de l'Hexagone. J'en profite
pour démontrer aux Français que les Maghrébins sont loin d'être que des
délinquants». Mais dans les couloirs de son école, les rumeurs courent,
des stéréotypes qui surgissent de nulle part.
«Malheureusement,
mon prix m'a également attiré la jalousie et la médisance de certains
enseignants lors de mes années de mathématiques supérieures et
spéciales. J'essaye de ne plus y penser aujourd'hui car malgré toutes
les attaques, j'ai réussi à décrocher l'Ecole Polytechnique à l'issue
des concours auxquels j'ai participé», se souvient Taoufik. Les
chiffres sont devenus son langage de tous les jours. Car depuis son
plus jeune âge, ce jeune prodige jongle avec les mathématiques et la
physique.

Adolescent, il est troublé par le champ unitaire
d'Einstein et s'abreuve déjà des revues scientifiques lues par les
doctes du domaine. Quelques années plus tard, il change de cap et
commence à s'engouer tout particulièrement de la physique quantique
(l'étude des atomes). Et soudainement, sa passion pour la physique est
devenue sa raison de vivre.
Ce nouveau tournant, admirablement
marqué par le succès, est survenu l'an dernier, lors de son entrée à
l'Ecole normale supérieure à Cachan (94). Ensuite, il passe un stage au
sein du Laboratoire parisien Kastler Brossel et s'initie à la
thématique de l'optique quantique, son domaine de prédilection. Ce
stage donnera lieu, quelques semaines plus tard, à une soutenance que
Taoufik présentera brillamment devant le jury de sa formation.

Plus
encore, cette année il fait son entrée dans l'enseignement de la
physique en tant que professeur stagiaire au sein des classes de
seconde et de terminale scientifique du prestigieux Lycée
Louis-le-Grand à Paris. «J'aime bien travailler à l'interface des
disciplines pour allier ce qui semble s'opposer ; de ce fait, je
souhaite embrasser la carrière d'enseignant chercheur à la suite de mon
doctorat. L'idée d'encadrer des étudiants dans le cadre de la recherche
scientifique me semble être une tâche noble», nous confie-t-il. Cette
expérience dans l'enseignement l'a galvanisé, et conforte ses
aspirations pour l'enseignement et la recherche.

En ce moment,
il s'apprête à préparer l'agrégation de physique et ce, afin d'obtenir
le titre de professeur agrégé en sciences physiques. En outre, il vise
le doctorat en optique quantique, un thème qui fait actuellement
l'objet d'intenses recherches, un domaine dont l'intérêt relève de la
hardiesse et de la persévérance.

Houda Belabd

Source : LE MATIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salma A.
Nouveau Membre
avatar

Nombre de messages : 9
Age : 31
Ville,Pays : maroc
Ville au Maroc : Casablanca
Etudes/Emploi : Commerce, Marketing/ Directrice commerciale
Date d'inscription : 10/01/2008

MessageSujet: re   Mer 16 Jan - 23:24

Merci Taoufik, et bienvenu au Forum

A votre attention Taoufi Amri, un jeune Franco Marocain de la Drôme (France) est un de grands hommes de science contemporains!!!

Et ce n'est pas tout, titulaire du premier PRIX de physique de laboratoire en 2002.

Ce n'est pas un exemple pour les Marocains résidant à l'étranger!!

Taoufik je te souhaite bon courage, il faut en être fier mon Grand.

Gros bisoux de ma part. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.allogroupe.ma ; www.ladyfitness.fr
Admin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 120
Age : 35
Ville,Pays : In The World
Ville au Maroc : -----
Etudes/Emploi : -----
Date d'inscription : 05/07/2007

MessageSujet: Re: Les Frères AMRI   Jeu 17 Jan - 12:44

Nous ne pouvons être que fiers et ravis de rencontrer des marocains de ce poids, j'ai toujours cru à la compétence marocaine, j'espère que tu pourras apporter des choses à ton pays. En tout cas, bienvenue sur Maroc connexion.

_________________
Admin
Like No Other
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.marocconnexion.new.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Frères AMRI   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Frères AMRI
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Connaissez-vous l'assemblée dites "de frères"(darbysme)
» Prière pour nos frères presbytériens...
» Les minéraux, les végétaux, les animaux sont nos frères
» L'été 2010 avec les Frères dominicains
» BONJOUR mes frères et soeurs bien-aimés

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
1er Forum Professionnel 100% Marocain :: Poursuivre ses études à l'étranger :: Ecoles supérieures-
Sauter vers: